Le Complexe Parc-Nationaux Arly-W

Le complexe Parcs nationaux Arly-W

[inscrit sur la liste indicative le 24/01/2012]

 

Le nom de parc W vient de la forme dessinée par les méandres du fleuve Niger. Sur une superficie totale de 1 030 200 ha, il s’étend dans le territoire de trois pays de l’Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso et Niger). En 1926, pour la première fois, l’administration coloniale française identifiait cet espace de savane comme une zone refuge. En 1952-1953, le W fut classé Réserve totale de faune avant d’être érigé en parc national un an plus tard. Dans les années 1960 se sont établies sur le Parc W, les gestions des trois États riverains.

Les parcs W et Arly du Burkina Faso jouxtent donc les parcs nationaux de la Pendjari, du W-Bénin et du W-Niger au niveau des frontières communes. Ils font partie du complexe écologique WAP. Ce complexe constitue la partie la plus septentrionale des vastes savanes soudaniennes qui couvrent la totalité d’un espace éco-climatique intercalé entre les savanes humides annonçant la forêt dense au sud et le sahel clairsemé. La zone du complexe des parcs nationaux W et d’Arly constitue un vaste ensemble de pénéplaine, caractéristique du vieux bouclier ouest africain et parsemé d’affleurements cristallins. Les paysages des parcs W et Arly sont diversifiés et exceptionnels; vastes étendues de prairies aquatiques et de savanes herbeuses, massifs rocheux (Gobnangou, Atakora) ainsi que nombreuses collines. C’est dans les environs du parc W que le Gobnangou, la plus importante chaîne gréseuse de la partie Est du Burkina Faso, prend sa source. Cette falaise traverse le parc national d’Arly d’est en ouest sur plus de 50 kilomètres de long. Ce complexe de parcs (W-Arly) est partagé entre le bassin de la Volta et celui du Niger avec respectivement les rivières, Pendjari, Mékrou et Arly. Les Parcs nationaux du W et d’Arly appartiennent au secteur biogéographique Pendjari-Mekrou. La végétation comporte une large part d’herbacées mais aussi de ligneux qui constituent selon leur densité, des savanes arbustives, des savanes boisées. Les formations plus fermées, que l’on peut alors qualifier de forêts sèches, se situent en lisière des rivières. On rencontre de nombreuses espèces d’arbres utiles, telles que les Karités, Nérés, Baobabs, etc. Le complexe bénéficie d’une zone tampon constituée de réserves partielles de faune, de concessions de zones de chasse, et de Zones Villageoise d’Intérêt Cynégétique (ZOVIC) et dont les formes de gestion garantissent la quiétude et la protection du complexe tout entier

Ce complexe constitue un patrimoine exceptionnel, dernier refuge en Afrique de l’Ouest d’une faune très diversifiée. On enregistre des espèces fauniques emblématiques et menacées comme Loxodonta africana, Panthera leo, Acinonyx jubatus, Panthera pardus, Hippopotamus amphibius, Balaerica pavonina, Synodontis velifer, etc.

La superficie des zones de conservation du complexe W-Arly est de 328 000 ha et l’ensemble formé des noyaux centraux (parcs W-Arly) et des aires protégées adjacentes (réserves partielles de faune et zones cynégétiques) est de 1 025 700 ha.

 

Ressources :

Fiche des parcs nationaux Arly-W sur le site de L’UNESCO