La Réserve de Biopshère de Bala

La réserve de Biosphère de la Mare aux Hippopotames de Bala

[inscrit sur la liste indicative le 24/01/2012]

 

La réserve de biosphère de Bala (Mare aux hippopotames) est située à une soixantaine de kilomètres au nord-est de Bobo Dioulasso,  à cheval entre les Départements de Satiri et de Padéma. Elle est entourée de dix villages auxquels son rattachés plusieurs gros hameaux de culture pour une population totale estimée à 40 000 habitants. Son climat est de type sud-soudanien avec une pluviométrie annuelle d’environ 1200 mm. La superficie de la réserve est de 19 200 ha. Sa principale composante est une mare d’environ 2,6 km de long et 0,7 km de large. Elle comprend en outre une forêt de mares de 660 ha et de plaines d’inondation le long des lignes de drainage de 864 ha. La végétation aquatique et celle des zones d’inondations se composent d’espèces flottantes (Prapia stratioides, Eschornia matans azola sp, Neptunia, Ipomea sp.), d’un fourré dense composé de Ficus congensis, Canthium cornelia… et d’une formation herbacée dense composée de Vetiveria nigratana, Hyparrhenia rufa… En fin de saison sèche, la surface du lac se  réduit de 160 à 120 ha et est couverte par une végétation aquatique dense.

Le reste de la réserve comprend 1 756 ha de forêt galerie et 11 000 ha de savane boisée. Les forêts galeries sont composées d’espèces telles que Berlinia grandiflora, Vitex doniani etc. Un boisement de forêt dense sèche (4920 ha) se développe dans le prolongement de la mare sur une zone alluvionnaire irriguée par plusieurs petits marigots. La spécificité de la formation s’affirme par la présence d’espèces de la zone guinéenne ou sud-soudanienne telles que Chlorophora excelsa, Berlinia grandiflora, Morus mesozygia, Deimbollia pinnata, Ceiba Pentandra.

Les forêts claires sont composées de Pterocarpus ericaceus, Prosopis africana, Daniellia oliveri, Ostryderis stuhlmani avec une strate arbustive peu développée et à base de Combretacées. Les savanes arborées sont composées de strate arborée claire et tapis graminéen pérenne à Andropogon gayanus et Schizachyrium sanguineum et d’espèces telles que Isoberlinia doka, avec en petits peuplements monospécifiques, Terminalia spp, Daniellia oliveri et Butyrospermum parkii. Les savanes arbustives sont composées de Detarium microcarpum, Combretum Jamprocarpum, Crossopterix febrifuga.

La mare constitue une importante zone de migration d’oiseaux (plus de 160 espèces dont 27 espèces d’oiseaux d’eau et 133 espèces d’oiseaux savanicoles). Elle est classée site RAMSAR depuis 1990 et zone d’importance pour les oiseaux. On y trouve des espèces peu fréquentes au Burkina Faso comme le Jacana nain (Microparra capensis), le Colombar maitsou (Treron australis) et le Trogon narina (Apaloderma narina).

Espace d’habitats très diversifiés de zones humides, cette réserve de Biosphère regorge un potentiel faunique mammalien caractéristique de 16 espèces. Cette faune  est célèbre pour ses hippopotames (Hippopotamus amphibius) qui vivent en permanence dans la mare d’où découle le nom de la Réserve. Les mesures de conservation ont permis un léger accroissement de l’effectif qui est passé de 33 individus en juin 2006 à une soixantaine d’individus (UICN,2008).D’autres mammifères sont également présents dans la Réserve, notamment l’éléphant (Loxodonta africana) (une cinquantaine d’individus en 2005 ; UICN, 2008), le guib harnaché (Tragelaphus scriptus), l’hippotrague (Hippotragus equinus), le phacochère (Phacochoerus africanus), l’ourébi (Ourebi ourebi), le céphalophe de Grimm (Sylvicapra grimmia), le waterbuck (Kobus ellipsiprymnus), le singe patas (Erythrocebus patas), le babouin (Papio anubis). A coté de cette faune mammalienne, vit une avifaune riche et variée. Site de migration d’oiseaux (Bakyono, 1997), cette mare abrite 10 familles d’oiseaux d’eau (OUEDA, 2003). Elle enregistre 43 espèces de poisson (Leveque et Paugy, (1999), offrant ainsi à la pêche une place importante dans les activités des populations riveraines (Pagen, 2006).

De nos jours, la réserve répond toujours au souci qui a justifié son classement, celui de créer des barrières végétales climatiques au regard de l’importance d’une biocénose très diversifiée. Son caractère unique lui a valu d’être déclaré Réserve de Biosphère par l’UNESCO en 1987.

 

Ressources :

Fiche de la Mare aux Hippopotames de Bala sur le site de L’UNESCO